Les couples scotchés existent

le - couple
Les couples scotchés existentVoir les photos

Parce qu'ils partagent les mêmes loisirs, travaillent ensemble ou souhaitent simplement "ne plus se quitter", certains couples vivent 24 heures sur 24 collés l'un à l'autre. Enfer ou bonheur, quels sont les dangers d'une vie "scotchée" ?

Pourquoi se "coller" ?

"On parle 'boulot' sur le canapé du salon, et 'enfant' devant la machine à café". Ce constat est de Bertrand, 34 ans, PDG d'une petite entreprise en bâtiment. Stéphanie, sa compagne, est aussi sa comptable.

Ils en ont décidé ainsi il y a trois ans : "Les six premiers mois, c'était le bonheur", explique Stéphanie. "Le fait de se voir 'non-stop' nous enchantait. Mais le quotidien nous est remonté à la figure vite fait. Dans les moments tendus, c'est difficile de se supporter. Du coup, on attend impatiemment le week-end pour faire un break".

À l'image de Bertrand et Stéphanie, beaucoup de couples vivent ainsi "collés". Sans forcément partager les mêmes bureaux, ils s'inscrivent au même cours de gym, côtoient les mêmes amis, ou désirent tout simplement ne plus se "lâcher", tant le sentiment d'avoir "besoin" l'un de l'autre est fort.

Pourquoi ce besoin de communion avec l'autre ? Parce que l'on souhaite que le sentiment de solitude et de séparation qui nous accable se taise enfin. "Inconsciemment, nous désirons réparer cette blessure narcissique liée au fait de n'être qu'un homme ou une femme", explique le thérapeute Jungien. "Nous cherchons donc à répondre à l'incomplétude de base en nous collant à quelqu'un d'autre".

Ni réalisable, ni souhaitable...

Malheureusement, la cohabitation dans un cocon ne s'avère idyllique qu'un temps. Pour durer, il faut bien sûr cultiver son amour, mais aussi son amitié et surtout le plaisir d'exister ensemble. Il ne s'agit pas de partager les moindres faits et gestes de l'autre, car chacun doit agir et progresser individuellement : "Lorsque les deux membres d'un couple poursuivent une activité personnelle, ils ont toujours une expérience et des idées à s'échanger une fois réunis. À l'inverse, les gens qui vivent en vase clos ne bénéficient pas de stimulations extérieures et ont beaucoup plus de mal à échapper à la stagnation, à l'endormissement du couple".

Le conseil est du fameux Dr Ruth*, psychothérapeute et spécialiste mondial des relations de couple. Ainsi, passer chaque instant les yeux dans les yeux de l'autre n'est ni réalisable, ni souhaitable. Le bonheur en couple repose sur le respect de deux pôles opposés, mais complémentaires : d'une part le besoin d'union et, d'autre part, le besoin de séparation.

La capacité de régénération d'un couple repose sur une "respiration" entre ces pôles : l'inspiration où l'on se retrouve à deux et en harmonie ; l'expiration où l'on reste seul pour reprendre contact avec sa propre individualité.

Inspiration, expiration : apprenons à bien respirer au sein de notre couple !

*Dr Ruth K. Westheimer est l'auteur de Relancez votre couple pour les nuls, First Editions.


Toutes les émissions : Article liés

 
 
A lire aussi Look de stars : crâne rasé

Look de stars : crâne rasé

Pour les besoins d'un film, pour un événement de charité ou simplement parce qu’elles en avaient envie, ces...