Penélope Cruz : Pour elle c'est toujours aussi dur de jouer en anglais

le - people
Penélope Cruz : Pour elle c'est toujours aussi dur de jouer en anglaisVoir les photos

C'est à la fin des années 90 que Penélope Cruz a commencé à investir Hollywood et a tourné en anglais. La belle brune est madrilène et tourné dans une autre langue que la sienne n'a pas été facile. Elle ne connaissait en effet que quelques mots à ces débuts. Des années plus tard, elle trouve toujours que c'est un exercice difficile, comme elle l'a confié au magazine W dont elle fait la couverture du dernier numéro.

Dans le magazine, qui met en avant des clichés artistiques, elle révèle que la difficulté provient du processus que ça engendre : "Il y a une partie de votre cerveau qui doit s'arrêter quand vous jouer. Vous devez être dans le moment et oser voler. Les mots ne peuvent pas être dans votre esprit. Et pourtant, quand vous travaillez dans une langue étrangère, vous devez penser aux mots à chaque seconde. C'est difficile, mais je ne me plains pas. C'est juste comme ça".

Penélope a aussi révélé qu'elle et Javier Bardem, son époux avec qui elle a un petit Leo âgé de dix-huit mois, ont dû réadapter leur propre script lors du tournage de Vicky Cristina Barcelona, film de Woody Allen qui lui a valu un Oscar. Le réalisateur ne parlant pas du tout la langue, il a fait confiance à ses acteurs : "Il nous a donné le scénario qu'il a écrit en anglais et il nous a donné la liberté de traduire et d'improviser. Woody m'a dit récemment qu'il ne sait toujours pas si nous parlons de la bombe atomique. Et c'est la même chose dans To Rome With Love, il ne parle pas l'italien. J'ai traduit mes lignes. Donc il ne sait toujours pas ce que je dis".

Un Oscar en 2009 et une autre nomination l'année suivante pour son rôle dans Nine, on peut dire qu'elle s'en sort malgré tout plutôt bien !


Penélope Cruz : Article liés

 
 
A lire aussi Décès Gaël Lopes, Rising Star : une « bouffée délirante » en cause

Décès Gaël Lopes, Rising Star : une «...

Décès Gaël Lopes, Rising Star : une « bouffée délirante » en cause